Textures du numérique : Le numérique et l'empiétement


Delphine Colin, janvier 2010

Introduction de l'article publié dans la revue en ligne
Réel-Virtuel : les enjeux du numérique


C’est dans le face-à-face avec l’écran d’ordinateur que se passe l’essentiel de mon travail plastique : après avoir procédé par accumulation de différentes prises de vue de mon corps ou de mon visage, ma création se poursuit en postproduction, où ces images disparates prennent sens et où mon projet artistique se concrétise au fur et à mesure des manipulations, des associations, des coupes que je réalise dans ces images-matériaux, grâce aux logiciels de montage et de retouche d’images (Adobe première et Photoshop). Les technologies numériques, comme le souligne Edmond Couchot[i], permettent une simulation des opérations graphiques, photographiques ou cinématographiques : aplat de couleurs, dessin, cadrage, flou, mise au point, travail de la lumière… De tels dispositifs créés artificiellement prennent part à ma création et se mêlent intimement à mes prises de vues du réel. C’est ce dernier point qui est important et qui, pour nous, semble constituer le fondement même des textures du numérique : celles-ci ne sont pas à chercher dans la simulation de la palette graphique mais bien plutôt dans  l’association de réalités hétérogènes dans l’espace et le temps qui se trouvent réunies par le montage numérique.

La notion de texture est pour nous à prendre dans le sens de « ce qui fait lien » et notre hypothèse est que la spécificité du numérique se situe dans cette mise en relation d’images, dans leur entrelacement et leur enchevêtrement. Nous avons utilisé, dans notre titre, le terme d’ « empiètement » : désignant un rapport au territoire, au pied qui veut se l’approprier voire l’usurper, l’empiètement pose la question du recouvrement et de l’enchevêtrement que nous pensons être au cœur du numérique. Ce terme fait également écho à l’ouvrage de Bataille sur Lascaux[ii], où l’empiètement est pensé comme processus créateur et  renvoie à un double travail de recouvrement : dans l’espace et dans le temps. Ce double aspect nous intéresse pour notre réflexion sur le numérique. Peut-on en effet considérer que la texture du numérique se constitue de cet empiètement : image composite, altération, stratification temporelle, devenir? Est-ce que le numérique retrouve ce geste créateur des premiers hommes, qui, loin d’une image unique et totalisante, lui préfère la pluralité, l’hétérogénéité, l’hybridation ?

A travers le concept d’empiètement, nous interrogerons les liens, les permanences et les mutations entre ces premiers temps créateurs et les pratiques numériques pour essayer d’en déterminer les spécificités dans la création de l’image. Nous nous appuierons également sur ma propre utilisation du numérique, en particulier dans ma vidéo A la dérobée où j’ai combiné des images venant de sources différentes. 


a-la-d-rob-e_0004.jpg

La suite du texte est visible sur le site de la revue Réel-Virtuel.

http://reelvirtuel.univ-paris1.fr/index.php?/revue-en-ligne/d-colin/

[i] Edmond Couchot-Norbert Hillaire, L’art numérique, Comment la technologie vient au monde de l’art, éd. Flammarion, coll. « Champs », 2003

[ii] Georges Bataille, La peinture préhistorique, Lascaux ou la naissance de l’art (1955), éd. Skira/Flammarion, Les grands siècles de la peinture, 1980