Expositions et projections en 2010

Publié le par Delphine Colin

EN OCTOBRE
Dans le cadre de la Nuit Blanche, le Off
programmation Transparaître, au Dressing,
avec l'association Ubic et Free'P'Star
projection de la vidéo Je tu(e) elle, le 2 octobre 2010, à partir de 18h

flyerverso.jpg
EN JUILLET
Galerie Texu, en Espagne
Art vidéo, EntreActos
Projection de la vidéo Gorgô du 5 au 31 Juillet 2010
entreActos_invitacion_email.jpg
La galerie Texu présente la programmation d'une trentaine d'artistes vidéastes internationaux,
pour certains issus de la sélection Optica festival et pour les autres artistes indépendants.
entreActos.jpg
EN JUIN
Le Dressing, Espace d'art Free'P'Star
61 rue de la verrerie, 75004 Paris
Projection de la vidéo Gorgô du 16 au 30 Juin 2010, de 11h à 3h

Humilité, une rhizomatique de petits formats

Dans le cadre de l'appel à projet lancé par le "Plateau des Arts en Action, Cogito Rhizomatique permanent", Delphine Colin a proposé une série photographique de 11 petits formats (13 x 17 cm et 20 x 27 cm), intitulée "Nouer". Son projet a été retenu pour l'exposition collective rassemblant 18 artistes (photographes, plasticiens, vidéastes, peintres...) qui aura lieu courant Mai 2010 à Nice.

PICT0120bisPrésentation du projet

Nouer

J’ai choisi d’explorer ce « territoire délaissé » à travers la photographie comme quête de ces fragments du réel, trop petits, trop insignifiants et qui pourtant contiennent une véritable force poétique. Trouver, saisir, prélever, isoler, agrandir ces détails, travailler en gros plan et surtout jouer de leur correspondance visuelle… telle est ma démarche plastique, où, dans une oscillation entre les images prises à l’extérieur (cordes, fils barbelés, plantes) et celles plus intimes, plus personnelles (cheveux, colliers, collants déchirés), se construit un nouveau paysage.

Dans un déploiement rhizomatique, mes photographies entrent alors en communication les unes avec les autres, les « nœuds » des unes répondent à ceux des autres, et des passages étonnants se créent entre des éléments très différents : des branches entrelacées font écho à mes cheveux s’enroulant dans les pics de la brosse, la tige d’une vigne décrivant des arabesques trouve des similitudes avec le fil plastique emmêlé du téléphone…

Face à la société en crise, c’est peut-être dans ces liens imperceptibles qu’il faut chercher à se réapproprier le monde qui nous entoure. Dans cette tendance actuelle à toujours isoler, séparer les choses, à les catégoriser et à les opposer, mon travail plastique propose au contraire des rencontres visuelles inattendues, des correspondances entre des éléments habituellement séparés et qui pourtant forment le tissu du réel.

 


Publié dans photographie

Commenter cet article